Qui sommes-nous ?

En 2003 à Cluny, naissait Cluny Chemins  d’Europe (Association loi 1901) Son but : être un lieu de rencontre et de débats entre personnes d’origines nationales, religieuses et philosophiques différentes. D’emblée, l’Europe fut une référence privilégiée. D’emblée les cultures européennes furent au centre de l’attention. Née à Cluny, dont l’abbaye fut fondée en l’an mil, l’Association s’inscrivait dans le concret de l’aventure spirituelle et culturelle de l’Europe, avec ses ombres et ses lumières.

 

En 2013, Cluny Chemins d’Europe a obtenu le label de Maison de l’Europe. En effet, 10 années d’engagements et de réalisations ont amené l’association à vouloir ouvrir davantage portes et fenêtres pour devenir un foyer actif de  citoyenneté européenne. Elle s’appelle désormais Cluny Chemins d’Europe - Maison de l’Europe en Bourgogne du Sud.                         

Unique Maison de l’Europe en Bourgogne, avec près de 100 sympathisants, elle fait partie de la Fédération Française des Maisons de l’Europe. Ses adhérents bénéficient des réseaux et du dynamisme des Maisons de l’Europe, en France (34 maisons) et en Europe.

 

Son ambition est double :                                                                                           

- gagner le cœur des citoyens pour leur faire connaître, comprendre et aimer l’Europe en train de se construire, par des actions d’animation et de communication dans tous milieux  : scolaires, universitaires, d’entreprise, associatifs etc., en Saône-et-Loire.                                                     

-  offrir à ses adhérents un espace vivifiant et convivial d’échange, de rencontre, d’ouverture et de formation.

 

Nos convictions : Notre action est portée par quelques convictions fortes au global comme au local:

 

L’Europe :

- Elle ne peut être seulement un grand marché et l’objet d’une  gestion technocratique.                                                                       

- Son unification économique, financière et juridique n’entraînera pas automatiquement son unité politique. Il y faudra une culture partagée par les  citoyens. En effet, le sens du bien commun est le fruit d’une expérience forte du « vivre ensemble », de la qualité des relations entre  européens et  de leur intelligence partagée,  chacun osant sa singularité à  partir de ses racines : familiales, religieuses, nationales, etc.

 

Notre association :

- Nous nous efforçons de traduire  dans notre fonctionnement interne et dans notre action vers les autres, les modes de vie que nous promouvons : diversité, dialogue, laïcité, efficacité, service.                                                                                                   

- En reconnaissant que les chemins d’Europe sont pluriels notre association est  attentive aux voies diverses des citoyens qui inventent au quotidien, à tâtons parfois, sur le terrain, l’avenir de l’Europe.                                                                          

- Sans être porte-parole d’aucune religion ou idéologie, adepte d’une laïcité ouverte, elle maintient le cap d’une réflexion critique exigeante, Nos adhérents réfléchissent aux problèmes qui se posent aux Européens, à la lumière des sciences historiques et humaines, de l’économie, de la géopolitique et des arts et… de leur bon sens.

 

Le texte qui suit exprime bien nos convictions.

Il est de Vaclav Havel ancien président de la République Tchèque, qui l’a prononcé le 15 mai 1996 à Aix-la-Chapelle  « Depuis longtemps, l’Europe n’est plus le chef d’orchestre universel (…) Une mission nouvelle s’offre à elle, et par là, un contenu nouveau de sa propre existence. Cette mission ne consiste plus à diffuser – pacifiquement ou par la force – sa propre religion, sa propre civilisation, ses propres inventions ou sa propre puissance (…) Si l’Europe en a la volonté, elle peut accomplir une tâche plus modeste et bien plus utile : à savoir servir d’exemple, par sa propre manière d’être, pour démontrer qu’une variété de peuples peuvent coopérer pacifiquement, sans perdre pour autant une once de leur originalité (…) Une autre occasion encore s’offre à elle : celle de se rappeler ses meilleurs traditions spirituelles et les racines de ces traditions, pour chercher ce qu’elles ont en commun avec les racines des autres cultures ou sphères de civilisation » »

         

   Qui signe :Le conseil d’Administration de CCE ?

Philippe Mayaud, président de CCE-Maison de l’Europe

                                                        Robert de Backer 29-12-14

© 2016 par Cluny Chemins d'Europe. Créé avec Wix.com